Sommaire

Le banya ou bania est un bain typique de la culture russe. Il se distingue du sauna à chaleur sèche utilisée dans les bains finlandais en faisant ici l’usage d’une vapeur chaude.

Favorisant le nettoyage de la peau en profondeur et améliorant la circulation sanguine, ce type de bain y ajoute l’emploi de branches séchées de chêne ou de bouleau pour fortifier le corps.

Fonctionnement du banya

Les saunas russes sont le plus souvent divisés en trois pièces :

  • une salle de préparation où l’on peut se dévêtir ou se rassembler ;
  • une pièce de transition où l’on peut se laver à l’eau froide ;
  • une étuve où est produite la vapeur, dotée de bancs pour permettre aux convives de s’asseoir.

Tout comme les saunas nordiques, les banya russes sont uniquement construits en bois. Les essences utilisées sont le plus souvent :

  • de l’épicéa de Sibérie pour la structure extérieure ;
  • du pin, du genévrier, le tilleul ou tout autre bois feuillu pour l’intérieur afin d’obtenir un parfum d’ambiance se dégageant au contact de la vapeur.

Cependant, et à la différence des saunas traditionnels, les saunas russes placent le générateur de vapeur au centre de la pièce. Ce dernier peut prendre la forme :

  • d’une masse de pierre placée à l’intérieur d’un four ;
  • d’un poêle en briques

La pièce est ainsi chauffée grâce à la projection de grands nuages de vapeur à l’intérieure de la pièce. Si l’eau est versée sur les pierres la température de la vapeur peut atteindre :

  • jusqu’à 800 degrés en sortant des pierres, contrairement à 250 degrés dans un sauna traditionnel ;
  • et la chaleur de la pièce sera alors comprise entre 70 et 120 degrés.

Bania et rituel du bain en Russie

Se rendre dans un banya traditionnel demande de se plier aux us et coutumes du pays. Ainsi, la chaleur pouvant aisément monter à 100 degrés, il est conseillé de :

  • Prendre une douche chaude avant de s’exposer à la chaleur afin d’habituer le corps.
  • Ne pas dépasser plus de 5 minutes dans l’étuve, surtout pour une première expérience.
  • Prendre une douche froide, voire glacée, en sortant de l’étuve afin de tonifier le corps. On peut également nager dans un lac gelé ou se rouler dans la neige.

De plus, un des rituels les plus emblématiques du Bania russe demeure la flagellation. Les participants sont ainsi munis de branches assemblées de bouleaux ou de chênes dites « venik » et, une fois sorti de la douche froide, il faut alors :

  • secouer le venik dans la vapeur afin de le réchauffer ;
  • s’en infliger délicatement quelques légers coups sur le corps afin d’accélérer la sudation et la circulation sanguine.

Bienfaits du sauna russe

Ce type de bains est particulièrement apprécié en plein hiver car il :

  • renforce le système immunitaire ;
  • redonne de l’énergie au corps par l’alternance des périodes très chaudes puis très froides ;
  • rend la peau ferme et douce ;
  • favorise la circulation sanguine tout en purifiant l’organisme de ses toxines.

Enfin, le massage à l’aide du venik ou l’assemblage de branches de bouleau et de chêne possède plusieurs avantages. Parmi eux se trouvent :

  • un effet sur le système hormonal qui serait capable de combattre la dépression ;
  • le dépôt de miniatures gouttes d’huiles essentielles bénéfiques pour l’organisme et la peau ;
  • une meilleure dilatation des vaisseaux sanguins.

Où trouver un banya en France ?

Malgré l’attirance des pays occidentaux pour les bains russes, il n’existe actuellement qu’un seul centre proposant cette activité en France : le spa de l’Hôtel Bristol à Paris.

Les gammes de soins russes y sont disponibles pour un budget allant de 100 à 650 €.

Pour approfondir le sujet :