Oseille sauvage

Écrit par les experts Ooreka
Oseille sauvage

Nous connaissons bien l'oseille de nos jardins. Il existe différentes oseilles sauvages qui sont plus acides que l'oseille cultivée. Consommées dans différentes recettes de cuisine, elles possèdent des propriétés digestives notamment.

Plus de détails dans notre article.

Oseille sauvage : botanique

Les oseilles, de nom scientifique Rumex, font partie de la famille des Polygonacées. Il existe plusieurs espèces sauvages dont voici deux exemples :

  • Rumex acetosa ou encore oseille commune, oseille des prés, vinette : elle mesure entre 30 cm et 1 m de haut. Les feuilles sont fermes, assez épaisses, de 7 à 15 cm de long. Ses fruits sont pourvus de trois ailes membraneuses. La floraison en grappes rougeâtres apparait de mai à septembre. On trouve cette plante dans les champs et les pâturages.
  • Rumex acetosella ou petite oseille. Elle mesure jusqu'à 50 cm de haut et pousse dans les endroits rocailleux en terrains acides.

Propriétés médicinales de l'oseille sauvage

L'oseille sauvage est riche en vitamine C et E. Elle contient également du fer, du magnésium, et de nombreux autres oligo-éléments. Cette composition lui procure des propriétés :

  • digestives ;
  • fébrifuges et toniques ;
  • laxatives ;
  • antioxydantes : elle permet de lutter contre les maladies cardio-vasculaires, certains cancers et les détériorations de la vue ;
  • dépuratives et diurétiques.

Elle est excellente pour les diabétiques du fait de son faible taux en glucide (2,5 %).

On l'utilise également pour assainir les peaux grasses et pour revitaliser les cheveux ternes.

Oseille sauvage : utilisations

Les Égyptiens et les Romains utilisaient déjà l'oseille sauvage en infusion et en décoctions pour ses vertus digestives.

On utilise maintenant principalement l'oseille dans l'alimentation générale :

  • En sauce, elle accompagne très bien les poissons et permet de faire fondre les arrêtes les plus fines.
  • Cuites, elles sont également appréciées en soupe, dans la purée de pomme de terre et en omelette.  
  • Crue, elle se déguste dans les salades : pour cela supprimez la nervure centrale qui est filamenteuse.

Bon à savoir : n'utilisez pas de casserole en fonte ou en aluminium pour la faire cuire, cela la ferait noircir.

En compresses, elle atténue les démangeaisons dues à des piqûres d'ortie.

En décoction, on utilise les racines et les graines pour leurs propriétés diurétiques et contre les infections cutanées.

L'oseille sauvage est à consommer avec modération car elle contient de l'acide oxalique qui peut irriter la voie œsophagique.

Bon à savoir : si vous choisissez de planter de l'oseille dans votre jardin, sachez qu'elle favorise les papillons car de nombreuses chenilles à papillon en raffolent !

Contre-indications de l'oseille sauvage

L'oseille est contre-indiquée pour les personnes souffrant :

  • d'hyperacidité gastrique ;
  • de rhumatismes, d'arthrite, de goutte ;
  • de lithiase ;
  • de calculs rénaux ;
  • d'ulcères,

Oseille sauvage : récolte et conservation

Attention à ne pas confondre l'oseille sauvage avec l'arum tacheté qui est toxique. Renseignez vous également sur la pollution du lieu où vous souhaitez récolter l'oseille. Éviter les bords des routes, les alentours des usines.... Ne récoltez que les plants sains.

Les feuilles d'oseille se récoltent au printemps avant la floraison. Le meilleur mode de conservation pour l'oseille est la congélation. Pour cela, placez-les sur un plateau au congélateur puis, une fois congelées, dans des sacs de congélation. On peut également les congeler après les avoir fait cuire dans de l'eau bouillante et après les avoir bien égouttées.

Pour aller plus loin :




Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !