Sommaire

La pratique de l'apnée consiste à s'immerger plus ou moins profondément en retenant sa respiration ; l'apnée peut être statique ou dynamique. Comme son nom l'indique, l'apnée statique consiste à ne plus respirer le plus longtemps possible, tout en restant immobile.

L'apnéiste la pratique, le plus souvent, dans une piscine, en position allongée sur le ventre et la tête immergée. Elle a l'avantage de ne pas nécessiter de matériel particulier. Une des clés de l'apnée statique est la relaxation.

La pratique de l'apnée statique

La pratique de ce sport peut se faire en tant que loisir ou en compétition. En France, il existe 2 fédérations reconnues :

  • la Fédération française d'études et de sports sous-marins (FFESSM) ;
  • l'Association internationale pour le développement de l'apnée (AIDA).

L'apnéiste doit éviter toute source de stress ou d'inconfort qui viendrait le perturber. De même, il ne faut pas que la température de l'eau soit trop froide afin d'éviter une surconsommation d'oxygène.

Les 3 phases de la pratique de l'apnée statique

Une séance d'apnée se déroule en 3 phases :

  • la phase de préparation pendant laquelle l'apnéiste se met en état de relaxation en pratiquant une ventilation par la diaphragme ;
  • la phase d'immersion durant laquelle a lieu un relâchement complet des muscles pour diminuer la production de CO2 ;
  • la phase de lutte est la dernière. Elle repose sur un travail de volonté et d'entraînement. Dans cette étape, il est important de détourner l'attention. On peut, par exemple, pianoter sur le bord du bassin ou toucher le bout de ses doigts. Il est primordial que les muscles sollicités consomment peu d'énergie.

Les méthodes d'entraînement

La méditation et le yoga pratiqués par de nombreux apnéistes leur permettent d'ignorer les signaux envoyés par le corps pour informer du manque d'air. L'entraînement intensif permet d'augmenter la capacité pulmonaire. Elle peut ainsi passer de 6 litres pour un individu normal à plus de 10 pour le recordman du monde.

Les risques de l'apnée statique

Les risques de l'apnée statique sont principalement liés à l'augmentation du taux de gaz carbonique (CO2) dans le sang. En temps normal, le CO2 produit lors de la production d'énergie par le corps est évacué par l'expiration. En apnée, ce gaz reste dans le corps et le taux d'oxygène (O2) diminue. Lorsque le taux d'oxygène descend trop bas, il y a perte de conscience. C'est ce qu'on appelle une syncope. Parallèlement le taux élevé de CO2 dans le sang peut provoquer des malaises hypoxiques, ou de hypercapnie.

Lire l'article Ooreka

Les précautions à prendre lors de la pratique de l'apnée statique

Pour pratiquer l'apnée statique en toute sécurité, il est important de prendre certaines précautions :

  • pratiquer cette activité en binôme. Le partenaire doit être capable de détecter les signes avant-coureurs de malaise ;
  • il ne faut pas essayer à tout prix de battre des records ;
  • rechercher le plaisir du dépassement de soi sans mettre sa vie en danger.

La pratique de l'apnée statique est avant tout un anti-stress qui peut être pratiqué par n'importe qui, en restant à l'écoute de son corps.

Pour en savoir plus :

  • Si vous souhaitez en apprendre davantage sur le stress, ses symptômes et les solutions pour le vaincre, téléchargez gratuitement notre guide du stress ;
  • Notre guide du bien-être peut également vous apporter de précieux conseils pour vivre sainement ;
  • Et si vous êtes pratiquant de l'apnée statique, peut-être aurez-vous envie d'en savoir plus sur les différentes méthodes de relaxation qui s'offrent à vous ;
  • Le yoga et la méditation zen peuvent être des technique très intéressantes, que vous pratiquiez ou non l'apnée statique.