Niacinamide

Écrit par les experts Ooreka
Niacinamide

S'y retrouver dans le grand cocktail de vitamines n'est pas toujours aisé. Intéressons-nous à la niacinamide autrement appelée vitamine B3, nicotinamide ou encore vitamine PP. Souvent prescrite dans le cadre d'une malnutrition certaine, elle a de multiples propriétés.

Où la trouver et comment la consommer ? Toutes les infos dans notre article.

Rôle de la vitamine B3 ou niacinamide

La vitamine B3 est une vitamine hydrosoluble (soluble dans l'eau).

Elle est formée de deux composés : l'acide nicotinique ou niacine et la nicotinamide ou niacinamide.

Synthétisée par l'organisme mais en trop faible quantité, de même que facilement éliminée dans les urines, la vitamine B3 doit ainsi être apportée par notre alimentation sous forme d'apports journaliers recommandés.

Ses propriétés sont utilisées en topique  pour :

  • l'amélioration de la fonction barrière de la peau : elle réduit l'irritation en présence d'agent irritant tout en améliorant la texture de la peau ;
  • l'accélération de la différentiation cellulaire et la cicatrisation : la vitamine B3 est un actif hydratant pouvant être utilisé pour lutter contre les états atopiques et les sécheresses cutanées ;
  • booster la micro-circulation de la peau ;
  • améliorer l'élasticité de la peau ;
  • ses effets anti-inflammatoires ;
  • son action contre l'hypercholéstérolémie ;
  • son action dans la prévention du diabète de type 1.

Bon à savoir : un médicament topique est la forme d'administration d'un médicament sur une partie externe du corps, sur une surface du corps telle que la peau ou les muqueuses pour traiter leurs maux. Une peau dite « atopique » est une peau qui est plus sensible aux allergies que la moyenne.

La vitamine B3 permet également de synthétiser une enzyme qui intervient dans différentes réactions chimiques du corps, le nicotinamide adénine dinucléotide (NAD). Ainsi, un déficit en B3 chez une femme enceinte porteuse d'une mutation génétique de la NAD serait responsable de fausses et de malformations fœtales.

Apports journaliers recommandés de niacinamide

Les besoins en vitamine B3 ont été fixés afin de prévenir l'apparition de la pellagre, maladie carentielle en vitamine B3.

Les apports conseillés sont de :

  • 14 mg/j pour les hommes adultes ;
  • 11 mg/j pour les femmes adultes ;
  • entre 15 et 16 mg/j pour les femmes enceintes ou allaitantes.

Les premiers signes d'une carence sont plutôt banals : insomnie, perte d'appétit, fatigue, troubles de mémoire et de concentration.

Des signes de carence plus spécifiques peuvent ensuite se manifester par :

  • des signes cutanés sur les régions exposées au soleil : plaques de pigmentation sur la peau, démangeaisons, œdèmes ou même vésicules ;
  • des signes digestifs (atteinte des muqueuses oropharyngées ou de l'estomac) ;
  • des signes neurologiques (hallucinations, démence) ;
  • une forte anémie.

Bon à savoir : la vitamine PP est appelée ainsi pour « pellagra preventive », ou prévention de la pellagre.

Où trouver la niacinamide ?

On trouvera la vitamine B3 principalement dans les produits suivants :

  • la levure ;
  • la viande : abats, foie, agneau ;
  • la volaille ;
  • les poissons à chair rouge (par ex. thon, saumon) ;
  • les céréales non raffinées ;
  • les légumineuses et les graines ;
  • le lait, les légumes-feuilles ainsi que le café et le thé.

On trouvera également de la nicotinamide en compléments alimentaires dans les magasins bio ou diététiques.

Il conviendra de faire attention à la prise de vitamine B3 dans le cadre d'un régime anti hypercholéstérolémie ainsi que pour la prévention du diabète.

Contactez votre médecin dans le cadre de ce suivi.

Pour aller plus loin :




Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !