Troubles de la régulation thermique

Sommaire

Les troubles de la régulation thermique ou dysrégulation thermique sont dus à un dérèglement du centre de la thermorégulation qui est sous la dépendance de l'hypothalamus.

Comment se manifestent les troubles de la régulation thermique et comment y remédier ? Nous faisons le point ensemble.

Rôle de l'hypothalamus dans la régulation thermique

L'hypothalamus est une glande endocrine (qui sécrète des hormones) située au cœur du cerveau ; elle est de petite taille, de l'ordre de quelques centimètres cubes :

  • Elle joue un rôle dans la régulation de la faim, de la soif, du sommeil, des comportements sexuels, des émotions et de la température corporelle.
  • Par le biais des hormones qu'elle sécrète, elle occupe une grande place dans la vie végétative (fonctions physiologiques indépendantes de la volonté) de l'organisme.

La thermorégulation est l'ensemble des mécanismes qui permettent le maintien de la température centrale du corps autour de 37°C. Elle résulte donc de l'équilibre entre la production et la perte de chaleur.

La thermorégulation s'effectue selon deux mécanismes : la thermogénèse et la thermolyse :

  • La thermogénèse est un mécanisme qui permet la production de chaleur. Elle est le résultat de l'activité cellulaire et/ou d'une activité musculaire génératrice de chaleur.
  • La thermolyse est un mécanisme qui permet l'élimination de la chaleur. Divers processus physiques entrent en jeu :
    • la radiation : perte de chaleur sous forme d'ondes calorifiques, elle représente 60 % des pertes de chaleur ;
    • la convection : refroidissement du corps par les courants d'air : 15 % ;
    • la conduction : perte de chaleur par contact direct avec un objet, cela représente 3 % ;
    • l'évaporation : perte de chaleur qui s'effectue grâce à la transpiration et à la respiration : cela correspond à 22 % de la chaleur éliminée.

D'une manière générale, les mécanismes thermolytiques vont augmenter la déperdition de chaleur en créant une vasodilatation périphérique et une sudation par stimulation des glandes sudoripares, la chaleur sera ainsi éliminée grâce à l'évaporation de la sueur.

Troubles de la régulation thermique : quels sont-ils ?

Quand la thermorégulation ne fonctionne plus, l'organisme peut se retrouver en hyperthermie ou en hypothermie.

Qu'est-ce que l'hyperthermie ?

L'hyperthermie est l'augmentation de la température du corps au-delà de sa température normale qui se situe aux environs de 37°C voire un peu moins pour certains d'entre nous.

Les causes de cette dérégulation sont nombreuses :

  • L'hyperthyroïdie qui peut entraîner une augmentation de la température de 1 à 2 °C.
  • Certaines maladies du système nerveux central comme une tumeur cérébrale, un AVC (Accident Vasculaire Cérébral), une encéphalite (inflammation de l'encéphale, le cerveau).
  • Le coup de chaleur : quand la température extérieure est très élevée, le centre de thermorégulation ne parvient plus à abaisser la température de façon suffisante et ce notamment si l'individu fait un effort musculaire important.
  • L'hyperthermie maligne peut survenir dans certaines familles suite à une anesthésie générale.
  • Certains médicaments inhibent la transpiration et peuvent donc être à la source d'une hyperthermie (ex : les anticholinergiques...).
  • Le syndrome infectieux.
  • Un traumatisme psychologique.
  • Le déséquilibre hormonal de la ménopause provoque un dérèglement du mécanisme de la thermorégulation et entraîne des bouffées de chaleur.

Le traitement comporte des mesures de réfrigération (déshabillage, glace, ventilateur, vaporisation d'eau, courants d'air...), une réhydratation et la correction des détresses vitales (cardiologiques et neurologiques) si nécessaire.

Hypothermie : causes et traitement

On parle d'hypothermie en présence d'une température corporelle inférieure à 35°C. Il existe quatre stades d'hypothermie. On parle d'hypothermie légère, modérée, sévère et profonde (la température est alors inférieure à 24°C).

Les causes peuvent être dues à :

  • une diminution de la thermogénèse ;
  • une déperdition thermique importante ;
  • une altération de la thermorégulation ;
  • l'action de certains médicaments.

Le traitement consiste en un réchauffement qui peut être externe actif ou interne actif soit par perfusion, lavage d'une cavité voire par CEC (circulation extra-corporelle) dans certains cas extrêmes et sous certaines conditions (âge, température, bilan biologique).

Population concernée par les troubles de la régulation thermique

Toute personne peut être concernée par des troubles de la régulation thermique ; cependant les personnes âgées ainsi que les enfants y sont les plus sensibles. Les enfants parfois par immaturité de leur centre de thermorégulation et les personnes âgées par vieillissement physiologique des éléments nerveux et diminution de l'efficacité des mécanismes de la thermorégulation.

L'altération de la thermorégulation est une des conséquences du vieillissement. Il semblerait qu'une baisse de la température corporelle verrait augmenter les symptômes de la maladie d'Alzheimer !

Quelques gestes simples comme augmenter la température ambiante et favoriser l'activité physique pourraient en éviter la majoration.

Ces pros peuvent vous aider