5 études majeures justifient l'efficacité de l'eau thermale

Les médecins recommandent la cure thermale et son efficacité est démontrée pour soulager et soigner certaines affections. Contrairement à la médecine traditionnelle, elle offre un traitement sans douleur ni effet secondaire. Elle permet de diminuer la consommation de médicaments et d'obtenir des résultats à court, moyen et long terme.

Cinq études majeures démontrent les bienfaits du thermalisme :

  • l'étude Thermarthrose, pour la rhumatologie,
  • l'étude Stop-Tag, pour l'anxiété,
  • l'étude Maâthermes, pour les problèmes de poids,
  • l'étude PACThe, pour l'accompagnement et la réhabilitation post-thérapeutique pour les femmes en rémission complète du cancer du sein.
  • L'étude Therm et Veine, pour les problèmes de circulation.

L'étude Thermarthrose

La plupart des curistes souffrent d'une pathologie liée à la rhumatologie. La revue Annals of Rheumatic Diseases, qui a publié l'étude Thermarthrose, réalisée en 2009, estime que le traitement le plus efficace en cas d'arthrose du genou reste le thermalisme.

A 3 mois, 6 mois et 9 mois, la cure thermale augmente d'environ 50% le nombre de patients améliorés en termes de douleur et de fonction, et ce, de manière pertinente.

L'étude Stop-Tag

En cas de dépression ou de troubles anxieux généralisés, l'étude Stop-Tag a prouvé en 2006 que la cure thermale restait très efficace. Le principal atout du traitement par l'eau thermale réside dans le fait qu'elle soigne sans effet secondaire.

L'étude Maâthermes

D'après l'étude Maâthermes, publiée en 2011, trois semaines de cure thermale équivalent à un traitement et un suivi médical important en cas de problèmes de poids. Mais la cure thermale obtiendrait de meilleurs résultats à long terme sur la modification du style de vie et l'absence notable d'effets secondaires par rapport à un traitement médicamenteux.

L'étude PATChe

Menée entre 2008 et 2010 par le Professeur Yves-Jean Bignon (Directeur du Département d'Oncologie du Centre de Lutte contre le Cancer Jean Perrin de Clermont-Ferrand), l'étude PATChe a permis de dégager 5 atouts de la cure thermale pour l'accompagnement et la réhabilitation post-thérapeutique pour les femmes en rémission complète du cancer du sein.

  • L'approche physiologique des soins thermaux (bains, massages, drainages, douches) qui génèrent une détente psychique et musculaire, et entraînent une sédation des douleurs.
  • L'approche psychologique : accompagnée par une psychologue, la curiste se renforce d'un point de vue émotionnel et des groupes de paroles lui permettent d'échanger, d'être soutenue et de soutenir à son tour. L'accompagnement de la curiste est complété par la sophrologie et la relaxation thérapeutique, qui vont lui permettre d'augmenter son capital confiance et son estime de soi, de se détendre. Les thérapies cognitives dans ce type de pathologies ont un effet bénéfique prouvé.
  • L'approche diététique et éducative : 50 % des patientes prennent du poids après le traitement du cancer du sein et chaque prise de 5 kg réduit leur chance de survie de leur cancer de plus de 10 %. Les bénéfices de la cuisine équilibrée en cure thermale sont réels : l'appétit est stabilisé et se modère, la tension et l'indice de glycémie s'améliorent, ainsi que l'assimilation des aliments et le transit. Un bénéfice est également observé au niveau de la peau et du sommeil. La curiste retrouve, très vite et durablement, tonus et vitalité.
  • L'approche sportive : diminution de la fatigue et des facteurs de risque cardio-vasculaires, renforcement musculaire et grande amélioration de la qualité de vie, sont autant de bénéfices réels de la cure thermale au niveau sportif.
  • L'approche esthétique : elle pourrait paraître mineure au regard des 4 premières. Cependant, elle est toute aussi importante. Reprendre confiance et se sentir féminine, sont les objectifs de la cure thermale conjuguée à des séances d'esthétiques.

L'étude Therm et Veine

Lancée en 2008 par le Pr Carpentier, cette étude auprès de patients atteints de pathologie veineuse chronique a prouvé que le traitement thermal, comme le couloir de marche en eau fraîche semi-profonde, la mobilisation articulaire en piscine ou les massages, augmentait la qualité de vie des curistes et entraînait une diminution de la consommation de médicaments.

Cette étude a aussi montré que les résultats après une cure thermale étaient importants et restaient significatifs au bout d'un an.