Sommaire

La carte mentale, aussi appelée mind map ou carte heuristique, est un outil de prise de notes et de créativité qui libère l’esprit de l’enchaînement logique imposé par la liste. Elle donne une vision d’ensemble d’un sujet et permet de noter les idées telles qu’elles se présentent sans les organiser au préalable.

Vous trouverez dans cette fiche quelques conseils pour faire une carte mentale.

Lire l'article Ooreka

Zoom sur la carte mentale

L'inventeur de la carte mentale, Tony Buzan (Encyclopédie du cerveau et de son utilisation, 1971) la présente comme un outil qui utilise les deux côtés du cerveau, le gauche et le droit : la logique et l'imagination. 

La carte mentale se présente sous la forme d'un soleil, avec le sujet placé au centre et des ramifications sur lesquelles sont notées les idées au fur et à mesure qu’elles viennent à l’esprit. Chaque ramification s'étoffe en sous-branche avec l'avancée de la réflexion.

Vous pouvez réaliser des cartes mentales « papier / crayon » ou utiliser un logiciel.

Grâce à la carte mentale :

  • laissez libre cours à votre réflexion sans entrer dans la contrainte d’une prise de note linéaire ;
  • développez des idées jusque dans les détails ;
  • établissez des liens entre vos idées ;
  • organisez vos idées ;
  • approfondissez votre réflexion ;
  • faites travailler votre mémoire.
Lire l'article Ooreka

1. Utilisez un papier et un crayon pour faire une carte mentale

Construisez votre première carte mentale simplement, avec un papier et un crayon. Pour ce faire, définissez d'abord votre sujet (un projet ou une problématique) puis :

  • nommez-le ;
  • placez-le au centre de votre page : écrivez-le (sous la forme d'un mot-clé ou d'une phrase courte) ou dessinez-le.

Choisissez et utilisez ensuite une des deux méthodes possibles pour développer votre carte mentale.

Faites un brainstorming

Vous pouvez commencer par un brainstorming sur papier libre.

  • Laissez venir à vous toutes les idées que vous associez au sujet. Privilégiez la quantité d’informations sans chercher à les ordonner.
  • Choisissez dans un second temps les mots-clés et hiérarchisez-les en idées, avec des idées principales et des idées secondaires.

Fabriquez directement votre carte mentale

Vous pouvez démarrer directement votre carte mentale.

  • Listez les idées principales qui se rattachent au sujet.
  • Partez du centre et tracez des branches sur lesquelles vous inscrivez ces idées principales (sous forme de mots-clés, de phrases courtes, de dessins ou d’images). Vous aurez formé les branches principales.
  • Face à cette ossature, un centre d’où irradient des branches aux couleurs différentes, laissez aller librement votre réflexion :
    • rattachez vos idées, au fur et à mesure qu’elles viennent, à leur branche principale et démultipliez ainsi les branches principales en branches secondaires, tertiaires, etc.
    • choisissez une ligne de lecture de votre carte (dans les sens des aiguilles d’une montre, carte scindée en deux parties avec une lecture de droite à gauche ou sens de lecture propre à chaque branche permettant de lire selon vos besoins).
  • Jouez avec votre carte :
    • creusez votre réflexion pour les branches peu développées ;
    • faites jouer les associations d’idées ;
    • illustrez, dessinez vos idées ;
    • laissez-vous partir dans les détails et multipliez les ramifications ;
    • restructurez les branches si nécessaire, une carte n’est pas statique ;
    • faites des liens entre des branches en utilisant des flèches ;
    • transformez éventuellement une branche principale en deuxième carte.

2. Utilisez un logiciel pour faire une carte mentale

Il existe de nombreux logiciels permettant de faire une carte mentale.

L'utilisation d’un logiciel présente des avantages supplémentaires :

  • changez plus facilement la structure de votre carte : supprimez, ajoutez et modifiez la hiérarchie des branches rapidement ;
  • à partir de votre carte, ayez accès à l’ensemble des documents en lien avec votre sujet : faites des liens avec des document de votre ordinateur, avec des pages web ou des adresses mail ;
  • liez des cartes entre elles ;
  • illustrez vos cartes avec des icônes ou des images importées ;
  • utilisez de nombreuses fonctionnalités (animation de la carte, annotations des branches, etc.) ;
  • travaillez en équipe en partageant votre carte sur des ordinateurs à distance ;
  • exportez vos cartes en format PDF ou sous forme d'images (formats png, jpeg, etc.) dans un des logiciels Microsoft (Word, PowerPoint, etc.) ainsi que sur votre site web ;
  • concevez des cartes fixes ou interactives ;
  • animez vos réunions et vos groupes de travail avec des cartes mentales imprimées sur papier : proposez une vision globale du sujet.

3. Utilisez votre carte mentale

La carte mentale a de nombreuses utilités et va vous servir dans un certains nombre de cas.

En voici quelques exemples :

  • Prenez des notes pendant les réunions, les cours, les colloques, etc.
    • Notez au centre l’objet de la réunion, les branches principales seront les points de l’ordre du jour ou des chapitres du cours.
    • Au fur et à mesure des prises de parole, répartissez les idées exprimées sur les branches.
  • Préparez vos interventions orales de tout ordre, vos révisions pour un concours ou un examen, le contenu de votre CV ou de votre dossier VAE (validation des acquis de l’expérience), vos entretiens.
  • Gérez vos projets seul ou en équipe :
    • notez au centre le projet ;
    • définissez les branches principales : les étapes du projet, les composantes du projets, les 5M (Milieu, Méthode, Matière, Main-d’œuvre, Matériels) ou ses acteurs clés ;
    • déployez les arborescences de ces branches et ayez une vision globale du projet ;
    • enrichissez votre carte au fur et à mesure de l’avancée du projet.
  • Résumez des documents écrits (articles, livres, notes, dossiers, cahier des charges, etc.). Définissez-les en branches principales et enrichissez vos branches à l’avancée de votre lecture et notez les idées par mots-clés ;
  • Faites travailler votre mémoire :
    • faites émerger des associations d’idées à partir des branches ;
    • ouvrez les recoins de votre mémoire en déployant les arborescences ;
    • mémorisez les branches : aidez-vous des dessins, pictogrammes et couleurs.
Papier + crayon

Papier + crayon

Déjà possédés